Interpellé ce jeudi matin par les services de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLIF) le président de la Confédération Africaine de Football Ahmad Ahmad a refusé de répondre aux questions des enquêteurs.

Le patron de la CAF Ahmad Ahmad  est dans de sales draps. Ce jeudi le Malgach a été interpellé à Paris  par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLIF) pour être entendu dans une affaire liée au contrat rompu unilatéralement par la CAF avec l’équipementier allemand Puma pour s’engager avec la société Technical Steel, basée à La Seyne-sur-Mer.

Selon des sources concordantes,  Ahmad Ahmad a refusé de répondre aux questions des enquêteurs, sans la présence de son avocat. Le chef de l’instance africaine attend l’arrivée de son avocat en France pour entamer l’enquête.

LIRE AUSSI:  Ahmad Ahmad interpellé à Paris

L’interpellation d’Ahmad Ahmad survient dans un moment où il mène un bras de fer au sein de la CAF, avec d’autres puissances de l’instance, notamment les représentants égyptiens et tunisiens dans le comité exécutif et les commissions de la CAF, historiquement liés à l’ancienne ère d’Issa Hayatou.