Annoncé au Barça après son départ de l’Atlético, l’attaquant champion du monde ne serait pas insensible à un intérêt du PSG.

Depuis son annonce surprise mardi soir, la planète foot spécule. Où va donc atterrir Antoine Griezmann la saison prochaine, après ses cinq années passées à l’Atlético Madrid ? À Barcelone, grand favori de la short list des prétendants ? Au Paris SG ? Ou ailleurs ? La réponse pourrait tomber du côté du 1er juillet, date de l’ouverture officielle du marché des transferts en Espagne. Date à laquelle, et l’élément n’est pas négligeable, la clause libératoire de l’attaquant français va baisser de 200 à 120 millions d’euros. De quoi le rendre encore un peu plus attractif.

Champion du monde et 3e du dernier Ballon d’or, Grizou serait effectivement une sacrée affaire à ce prix-là, s’il se confirme. Pour mémoire, le PSG a dû débourser 180 M€ pour attirer Kylian Mbappé l’an dernier et le Bayern Munich va régler 80 M€ pour recruter Lucas Hernandez, son défenseur coéquipier de l’Atlético, cet été.

Un tiers de plus pour un attaquant de cette classe-là, c’est finalement raisonnable. Certes Griezmann dépasserait Ousmane Dembélé (105 M€ pour son transfert de Dortmund à Barcelone en 2018), Paul Pogba (105 M€, de la Juventus Turin à Manchester en 2017) et un certain Zinédine Zidane (75 M€, de la Juventus au Real Madrid en 2002) dans le top 5 des transferts de joueurs français les plus chers, mais cette clause libératoire revue à la baisse aiguise l’appétit des grands clubs dans l’Europe entière. « À ce prix-là, il intéresse beaucoup de monde », confie un spécialiste des transferts.

Déjà pressenti l’an dernier pour prendre la route reliant Madrid à Barcelone, Griezmann avait mis en scène lors d’un long feuilleton son choix de rester une saison de plus dans la capitale espagnole. La presse ibérique affirme que cette année sera la bonne et évoque même des négociations déjà bien avancées. Le Français accepterait ainsi de réduire son salaire, 17 millions net d’impôts au lieu d’environ 20 millions à l’Atlético.

L’affaire est donc entendue et le flocage du maillot de Griezmann déjà prêt à Barcelone? Pas si sûr. Selon nos informations, s’il existe bien des discussions avec le club de Lionel Messi, rien n’est signé entre le Français et le Barça obligé de réagir après la cuisante élimination de la Ligue des champions et pour tenir la distance dans le duel qu’il livre avec le Real Madrid de Zidane (contraint lui aussi de se réarmer sur le marché des transferts après sa saison blanche). Et une prise de contact a bel et bien eu lieu entre le clan du joueur et le Paris SG.

Grand coup de balai réclamé

Même s’il est surveillé de près par l’UEFA dans le cadre du fair play financier, le club de la capitale doit lui aussi réagir après sa terrible humiliation face à Manchester et cette saison loin d’être flamboyante dans les coupes nationales. Bon nombre de supporteurs parisiens réclament un « grand coup de balai » dans l’organigramme puis dans l’effectif. À défaut de gigantesque chambardement, ils pourraient se consoler avec ce renfort d’Antoine Griezmann, qui, toujours selon nos informations, ne serait pas insensible à l’intérêt parisien et serait heureux de retrouver son copain Kylian Mbappé et un certain Neymar (qui a, lui, coûté 222 millions).

L’attaquant à la gueule d’ange, qui a fait toute sa carrière de l’autre côté des Pyrénées, ne serait sûrement pas mécontent de revenir dans l’Hexagone célébré comme une rock star. Et avec sa vitesse, son agilité, son mental à toute épreuve et son sourire qui a séduit la France entière sous le maillot des Bleus, il pourrait permettre à un PSG redynamisé de briller en Ligue des champions, son rêve ultime.