Le défenseur Romain Saiss s’est exprimé sur l’élimination prématurée de l’équipe nationale lors d’une interview accordée au quotidien français France Football. Le défenseur des Lions de l’Atlas s’est confié sur plusieurs sujets à savoir la pâle prestation de Ziyech, Hervé Renard, et l’ambiance qui a régné dans le vestiaire après l’échec subi face au Bénin.

« Un échec dur »

« Je ne vous cache pas que les jours qui ont suivi ont été un peu durs. Difficile de trouver le sommeil. Les nuits étaient courtes. Avec beaucoup de déception, forcément. J’espère que les deux semaines de vacances avant la reprise vont me permettre de passer facilement à autre chose et vont faire du bien à la tête. Quand tu es en famille, tu arrives à relativiser, malgré le fait que ce soit un échec. Car c’est un échec, il faut le dire ».
« Un coup de massue » 
« On était tellement bien après cette phase de poules que perdre comme ça… Enfin, ce n’est même pas perdre ! Tu te dis que tu quittes la CAN sans avoir perdu un match. Au final, tu as fait trois victoires et un nul. Ç’a été un coup de massue pour tout le monde. Tout le monde est tombé de haut. Au début, ce n’est pas que tu ne réalises pas, mais tu es un peu sonné ».
« Silence de mort dans le vestiaire après le match »
« Ce qui m’a le plus choqué, c’est le silence du moment où on a perdu à l’arrivée à l’hôtel. Il y avait un silence de mort dans le vestiaire et dans le bus. Ensuite, on pense à toute l’attente qu’il y avait derrière nous. On sortait d’une belle qualification pour la Coupe du monde, d’une belle CAN en 2017 où on a perdu contre l’Egypte qui a été finaliste. On voulait surfer sur cette lancée, cette vague, pour aller encore plus loin ».
« Les joueurs veulent que Renard reste à l’équipe nationale »
« Il a fait de belles choses. N’importe quel joueur de l’équipe vous dira qu’il faut qu’il reste et qu’il continue. Il y a une nouvelle génération qui arrive, avec beaucoup de talents. C’est un nouveau cycle qui démarre. Et lui, avec la génération actuelle, il a su incorporer beaucoup de jeunes au fur et à mesure pour donner une bonne mayonnaise. Ces joueurs sont prêts pour le niveau international. Je pense qu’il peut poursuivre sur cette lancée. Après, il faut surtout savoir ce que lui a envie… Sur le fait que les joueurs veulent qu’il reste, je pense qu’il n’y a pas de souci là-dessus ».
Une CAN difficile pour Ziyech
« Je pense que beaucoup de personnes attendaient plus de lui. Notamment au regard de la saison qu’il a effectuée. C’est normal que les gens soient déçus parce qu’il n’a pas marqué ou délivré de passe décisive.  Il était aussi très fatigué de sa saison qui a été très longue avec l’Ajax. Dans son club, il a rarement été mis au repos. Le club voulait aller loin en C1 et confirmer le titre. Je le voyais qu’il était fatigué dans ses mouvements. C’était sa première CAN. En plein été. On a quand même joué des matches où il faisait 37 ou 38 degrés, sans pause fraîcheur. Certains sont plus habitués. Mais là, des joueurs, dont lui, découvraient la Coupe d’Afrique des nations. Et ce n’est jamais pareil qu’une Coupe du monde ou une Coupe d’Europe. C’est à part. Ce ne sont pas les qualités techniques qui vont le plus faire la différence. C’est vraiment l’état d’esprit et le fait d’être prêt à faire des efforts ».