Les retombées du scandale de Radès persistent encore. Le président du Wydad Said Naciri a porté plainte auprès de la FIFA contre des dirigeants tunisiens ainsi que le vice-président d’Ahmad Ahmad.

La bataille juridique entre le patron des Rouges et Blancs Said Naciri et les responsables tunisiens ne fait que commencer. Malgré que la Confédération Africaine de Football a donné raison au Wydad, en décidant de rejouer la finale de la Ligue des Champions sur terrain neutre, suite au scandale d’arbitrage qui s’est produit à Radès, le 31 mai dernier, le président du WAC a porté plainte auprès de la FIFA contre Hamedi Meddeb, président de l’EST, Wadii El Jarii, président de la Fédération tunisienne et le vice-président d’Ahmad Ahmad, le Nigérian Amaju Melvin Pinnick.

Ce dernier s’est opposé à la décision de rejouer la finale de la LDC et a quitté la salle de réunion, tenue mercredi dernier par le comité exécutif de la CAF à Paris.

Selon des sources concordantes, Said Naciri accuse ces trois dirigeants de tentative de corruption. Le patron du WAC avait affirmé lors d’une émission que les responsables tunisiens auraient lui proposer de leur céder la Coupe et la remporter la prochaine saison. Naciri avait souligné qu’il détienne des preuves sous forme d’enregistrements audio qui condamnent les responsables tunisiens.