L’ancien champion allemand, dont l’état de santé reste un mystère, a fêté ses 50 ans jeudi.

Le mot-dièse #KeepFightingMichael («Continue le combat Michael») accompagne chaque écrit, comme le symbole d’un élan d’espoir encore bien vivace malgré le temps qui passe. Jeudi, les réseaux sociaux ont été inondés de messages pour Michael Schumacher à l’occasion de ses 50 ans. De tous les continents et dans toutes les langues, les fans du Baron rouge ont souhaité un joyeux anniversaire à la légende aux sept couronnes mondiales en Formule 1. Sans vraiment savoir comment l’intéressé a accueilli leurs bons vœux. Car rien ne filtre sur l’état de santé de Schumacher, victime d’un grave traumatisme crânien après une chute à ski à Méribel le 29 décembre 2013.

Depuis le drame, la famille du champion a verrouillé sa communication à double tour et le mystère demeure sur sa condition. «Vous pouvez être sûrs qu’il est entre les meilleures mains et que nous faisons tout ce qui est humainement possible pour l’aider», ont simplement indiqué ses proches sur Facebook à la veille de son anniversaire et du lancement d’une application mobile dédiée à la gloire de son immense carrière. Des traces sur lesquelles marche peut-être son fils Mick, 19 ans et récent champion d’Europe de Formule 3.

Considéré outre-Rhin comme l’héritier de « Schumi », Sebastian Vettel a publié de son côté une photo de lui enfant aux côtés de son modèle sur une piste de karting. Quadruple champion du monde avec Red Bull, Vettel n’a pas encore triomphé au volant d’une Ferrari, dont les plus belles pages en F1 ont été écrites par son illustre compatriote entre 1996 et 2006 (six titres constructeurs et cinq titres pilotes consécutifs de 2000 à 2004).

 

Voir cette publication sur Instagram

 

HAPPY BIRTHDAY CHAMP!

Une publication partagée par Sebastian Vettel (@vettelofficial) le

La Scuderia a également eu une pensée pour son héros – «Nous sommes tous avec toi Michael» – et lui consacre depuis jeudi une exposition spéciale pour ses 50 ans au Musée Ferrari de Maranello. «Nous avons eu la chance d’écrire ensemble de si beaux chapitres […]. Je me sentirais nostalgique si Hamilton parvenait à battre ses records», a confié à La Gazzetta dello Sport Jean Todt. Architecte des grands succès de Ferrari à la fin des années 1990 et au début des années 2000, l’actuel président de la FIA se rend régulièrement au chevet de son ami. «Je lui rends visite au moins deux fois par mois», avait-il récemment confié au quotidien allemand Bild, précisant qu’il avait regardé le Grand Prix du Brésil à ses côtés à la télévision le 11 novembre dernier.

«Il a façonné et changé ce sport»

Le plus bel hommage au champion d’exception désormais quinquagénaire a été rendu par Toto Wolff, actuel patron de l’écurie Mercedes, pour laquelle l’Allemand a couru ses derniers grands prix entre 2010 et 2012, à 40 ans passés. «Michael a eu un impact énorme sur la Formule 1 […]. Il a façonné et changé ce sport pour toujours avec son souci du détail et ses connaissances techniques. De ses débriefs avec les ingénieurs à sa préparation physique, il était en quête perpétuelle d’amélioration de ses performances et faisait tout avec une grande détermination», retrace le directeur du constructeur allemand. Et s’il n’était pas parvenu à s’imposer avec Mercedes (un podium en trois saisons), son empreinte reste indélébile sur la carrosserie des Flèches d’argent. «Michael est l’un des pères fondateurs de notre succès ces cinq dernières années. Son expérience a contribué de manière prodigieuse au développement de notre équipe, conclut Toto Wolff. Aujourd’hui, nous lui tirons tous notre chapeau.»