Migrants: un champion NBA raconte le sauvetage d'une Camerounaise

à 14:45

Le basketteur espagnol Marc Gasol était en mer avec l'ONG Proactiva Open Arms lors du sauvetage d'une Camerounaise de 40 ans qui avait embarqué vers l'Italie.

Marc Gasol est en colère et il le fait savoir. La star du basket espagnol était à bord d'un bateau de l'ONG Proactiva Open Arms mardi et a participé au sauvetage en Méditerranée d'une migrante miraculée au large de la Libye, Joséphine. Dans une vidéo envoyée jeudi à l'Agence France-Presse, il raconte le sauvetage de cette Camerounaise de 40 ans. « C'est malheureux d'être ainsi au milieu de la Méditerranée, les gens d'Open Arms reçoivent si peu d'aide », dénonce le joueur des Grizzlies de Memphis et frère de Pau Gasol, son rival en NBA avec les Spurs de San Antonio.

Gasol (2,16 m) – champion du monde en 2006, médaillé d'argent aux JO 2008 et 2012, champion d'Europe en 2009 et 2011 et trois fois « All Star » – indique dans cette vidéo que l'ONG a pris connaissance d'un possible naufrage lundi dans une communication entre un navire marchand et les gardes-côtes libyens. Les deux navires de l'ONG – l'Open Arms et l'Astral, sur lequel se trouve Marc Gasol – ont alors rejoint les lieux et ont retrouvé mardi matin un « radeau à moitié submergé » avec une femme et un enfant morts et une autre femme vivante en état d'hypothermie sévère.

Dans une photo diffusée par Marc Gasol sur son compte Twitter, on le voit casque rouge sur la tête et lunettes de soleil en train d'aider à faire monter la survivante, Joséphine, allongée sur une civière dans le bateau de l'ONG. « Frustration, colère et beaucoup d'impuissance. Incroyable que l'on puisse abandonner des gens au milieu de la mer », avait-il tweeté après le sauvetage. L'ONG a accusé les gardes-côtes libyens d'avoir secouru d'autres migrants à bord d'un canot, mais d'avoir abandonné à leur sort les deux femmes et le petit garçon, ce que les gardes-côtes ont démenti.

Dans un entretien au journal El País publié mercredi, Marc Gasol avait expliqué que sa prise de conscience du drame des migrants remontait à la publication en 2015 de la photo d'Aylan Kurdi, un petit Syrien retrouvé noyé sur une plage turque, qui avait fait le tour du monde. L'Espagnol avait ensuite rencontré un an plus tard Òscar Camps, le fondateur de Proactiva Open Arms, et s'était promis de partir en mission avec l'ONG lorsque le calendrier sportif le lui permettrait, ce qu'il a fait cette semaine. Les deux bateaux d'Open Arms, qui ont décidé de revenir en Espagne pour ramener la migrante, doivent accoster à Palma de Majorque samedi matin, a annoncé l'ONG jeudi.