Le Grand stade de Casablanca sera bel et bien bâti à Mansouria, une commune appartenant à la province de Benslimane.  Si la construction de ce nouveau stade est une aubaine pour le foot national, elle est toutefois entachée par plusieurs points négatifs. 

Le gouvernement a donné le feu vert pour le lancement de la construction du Grand stade de Casablanca. L’exécutif a entériné le décret d’expropriation des terrains sur lesquelles sera érigé ce stade.

Dans son édition du 11 février, le quotidien arabophone Assabah a énuméré quatre failles qui entachent ce projet.

1- La construction de ce stade s’effectuera par le biais de la procédure juridique de  l’expropriation. Plusieurs terrains privés appartenant à des membres d’une famille ont été achetés avec de grosses sommes d’argent. Une démarche qui va enfler les coûts du projet.

2- Le stade est loin de Casablanca par 50 km. Cette distance posera des problèmes aux supporters du Raja et du Wydad qui trouveront des difficultés à parcourir cette distance.

3- La position de ce nouveau terrain constitue un véritable point faible pour le projet. Le stade sera situé dans une région appartenant à la Gendarmerie royale. Cette dernière n’a pas assez d’expérience dans l’organisation des matchs de football.

4- Le budget colossal que nécessitera la réalisation de ce projet. Le coût de construction du stade s’estime à 2 milliards de dirhams.