Bouchra Baibanou va fêter ses 50 ans et du haut de son mètre 52, se voit comme une “personne normale qui réalise ses rêves”. Elle est aussi “le premier Marocain, homme ou femme” à conquérir les plus hauts sommets du monde.

“Avec la volonté et la persévérance, on peut y arriver”, assure ce petit bout de femme qui, dans sa vie “ordinaire”, travaille comme ingénieure dans un ministère et voudrait voir toutes ses compatriotes, elles aussi, “croire en leurs rêves”.

Le 16 décembre, Bouchra Baibanou a bouclé ce que les amateurs de frissons appellent “le défi des sept sommets”, en plantant son drapeau, par – 40 degrés, au sommet du Mont Vinson (4.897 m), dans l’Antarctique.

La voilà désormais membre du club restreint de ceux qui ont relevé ce défi lancé au début des années 70 par l’alpiniste autrichien Reinhold Messner, le premier à conquérir sept points culminants sur sept continents: la pyramide Carstensz (4.884 m) en Océanie, le Mont Vinson en Antarctique, le Mont Elbrouz (5.642 m) en Europe, le Kilimandjaro (5.895 m) en Afrique, le Denali (anciennement Mont McKinley) haut de 6.194 m, en Amérique du Nord, l’Aconcagua (6.962 m) en Amérique du Sud et l’Everest (8.848 m) en Asie.

“Je suis fière, en tant que Marocaine et en tant que femme”, dit la sportive, avec une fierté non dissimulée.

Son exploit, abondamment relayé par les médias marocains, lui a valu les félicitations ardentes de l’organisation ONU Femmes Maghreb : “Du haut du sommet Vinson”, Bouchra Baibanou “continue à soutenir la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles”, a commenté l’organisation dans un tweet après sa dernière équipée.

– “Femme libre” –

AFP/Archives / FADEL SENNABouchra Baibanou avec son harnais dans la main droite, chez elle à Sidi Moussa, près de Rabat, le 29 novembre 2018

Pour autant, cette musulmane pieuse qui porte le foulard récuse le terme de “féministe” et préfère se “définir comme une femme libre”, à rebours des stéréotypes qui prévalent dans son pays, très imprégné des valeurs traditionnelles sur le rôle des femmes.

Ses trophées ornent son salon, à Salé, ville populaire située en face de la capitale, Rabat. “Sept sommets en huit ans, de 2011 à fin 2018, un total de 43.000 m de dénivelé avec un budget de deux millions de dirhams” (environ 180.000 euros), énumère-t-elle. Elle possède un certificat officiel pour chaque ascension et attend celui du Mont Vinson pour compléter sa collection.

“J’espère être un modèle, surtout pour les jeunes filles: pour qu’elles osent elles aussi croire en elles”, dit celle qui s’est engagée dans la vie associative et siège dans différentes instances officielles.

L’an dernier, Bouchra Baibanou a emmené une trentaine d’adolescentes issues de milieux ruraux au sommet du Mont Toubkal, le plus haut du Maroc (4.167 m). “On voit la différence: avant elles hésitent, après elles sont fières”, dit celle qui fait régulièrement des conférences dans les écoles et les universités.

“J’ai parcouru le monde et gravi plusieurs sommets, j’ai appris beaucoup de choses que je veux partager, souligne-t-elle. Au Maroc, “il y a beaucoup de discrimination, beaucoup de filles ne continuent pas leurs études mais, si on leur en donne le pouvoir, elles vont se réaliser”.

Pour elle, rien de mieux qu’un sport extrême réputé masculin pour “surmonter ses peurs” et apprendre à “ne pas renoncer au premier obstacle”. “La montagne est une grande école”, la conquête des sommets demande “courage, optimisme, persévérance, détermination et humilité”, dit-elle.

– “Aventurière alpiniste” –

Cette citadine issue d’une famille modeste a elle-même découvert la montagne à 15 ans, en colonie de vacances. Son père, mécanicien, et sa mère, femme au foyer, n’étaient pas spécialement amateurs de nature ni de sport.

Après des années de randonnées, elle gravit à 26 ans son premier sommet, le Toubkal, expérience grisante qui la pousse à se former à l’alpinisme dans la vallée de Chamonix, pour conquérir le Mont Blanc.

Même si, selon elle, “ce n’est pas très valorisant d’être une aventurière alpiniste au Maroc”, ses efforts lui permettent de trouver des sponsors pour ses expéditions – quelque 60.000 euros pour le Mont Vinson, 80.000 euros pour l’Everest.

Forte de son expérience, l’alpiniste milite pour que le tourisme de montagne se structure au Maroc, notamment dans le parc national du Toubkal, le plus connu à l’international, afin d’améliorer la propreté et “renforcer la sécurité”.

Le meurtre de deux jeunes randonneuses scandinaves, en décembre dernier, par un groupe de jeunes Marocains radicalisés l’a révoltée : “Cet acte terroriste ne représente pas mon pays de paix et de tolérance.”