La Confédération africaine de football (CAF) a limogé un haut responsable après avoir porté des accusations de corruption et de harcèlement sexuel contre son président, Ahmad Ahmad. Détails.

Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, est accusé de corruption, détournement de fonds à titre personnel et de harcèlement sexuel. Alors que les rumeurs fuitaient depuis quelques semaines, l’agence Reuters annonce que le dirigeant malgache fait l’objet d’une plainte à la Chambre d’Ethique de la FIFA pour corruption et harcèlement sexuel.

En effet, la CAF a limogé son secrétaire général Amr Fahmy après que ce dernier a accusé son patron Ahmad Ahmad de pots-de-vin et d’utilisation abusive de centaines de milliers de dollars, selon des responsables et un document interne cités par Reuters.

Le document, envoyé le 31 mars par Fahmy à un organe de la FIFA chargé d’enquêter sur de prétendues violations de l’éthique et vu par Reuters, accuse Ahmad d’avoir ordonné à son secrétaire général de verser 20 000 dollars de pots-de-vin sur les comptes des présidents d’associations de football africaines.

Le document accusait également Ahmad d’avoir dépensé 830 000 dollars supplémentaires des caisses de la CAF en commandant du matériel via une société française intermédiaire appelée Tactical Steel.

En outre, le document accuse Ahmad de harceler quatre femmes membres du personnel, qu’il n’a pas nommés et dépenser plus de 400 000 dollars dans l’achat de voitures en Égypte et à Madagascar, où un bureau a été mis en place pour lui.

Contactés par Reuters, Ahmad ainsi que ses responsables de communication ont refusé de commenter les allégations de Fahmy.