Alors qu’elle devait soumettre à un test antidopage à Marrakech, l’athlète française Clémence Calvin a contourné cette procédure. Une action qui a créé des tensions entre les deux fédérations, marocaine et française. Détails.

Débarquée au Maroc pour effectuer un stage à Ifrane, la Fédération française d’athlétisme a décidé d’annuler sa concentration au royaume. Et pour cause: l’athlète française Clément Calvin a esquivé un test antidopage à Marrakech. Un comportement qui a poussé les dirigeants français d’émettre des accusations à l’encontre de la ville d’Ifrane la considérant comme « une plaque tournante du dopage ».

Ahizoun répond

Face à ces allégations, le patron de la FRMA, Abdeslam Ahizoun a tenu à répondre dans une interview accordée au quotidien français L’Equipe, à ses homologues français en défendant fermement la ville d’Ifrane: « Nous avons suivi les recommandations de l’IAAF et nous sommes même allés au-delà. Ifrane, est une des villes les plus propres du monde, ce n’est pas une bourgade, comme j’ai pu le lire ailleurs. Je sens dans tout ça des relents colonialistes », a-t-il déclaré.

Et d’ajouter:« Nous luttons, honnêtement, nous prenons des mesures concrètes. Nous avons établi une loi contre le dopage, nous multiplions les contrôles, au-delà de ce que demande l’IAAF, nous avons porté plainte contre les dealers, contre X bien sûr, parce que nous ne les connaissons pas. Il faut considérer tout ça et ne pas faire diversion. Il faut une coopération respectueuse pour lutter contre ce fléau ».