Focus: le football au service de la stratégie géopolitique du royaume

Un temps ostracisé par la Confédération Africaine (CAF), la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) est devenue en peu de temps un acteur incontournable sur la scène footballistique continentale. Un retour en grâce qui est dû à la nouvelle stratégie géopolitique mise en place par le gouvernement marocain.

Il semble loin le temps où la FRMF se voyait infliger par la CAF une amende de 10 MDhs, des réparations à hauteur de 80,5 MDhs et une exclusion de la sélection marocaine de deux éditions de la CAN.

Pourtant, cette sanction remonte seulement à début 2015, au moment où la FRMF renonçait au dernier moment à organiser la CAN 2015 en raison de l’épidémie Ebola touchant plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest.

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts. Face aux retards pris par le Kenya concernant l’organisation du CHAN 2018, la Confédération Africaine est prête à supplier le Maroc de prendre le relais pour héberger le prochain Championnat Africain des Nations.

Et les hauts dignitaires du football africain songent déjà dans un coin de leur tête à solliciter à nouveau le Maroc pour la CAN 2019 en raison des retards actuellement accumulés par le Cameroun.

Le Maroc en est là désormais. Il peut se permettre de choisir les compétitions sportives de premier plan qu’il organisera en son sein. D’autant que l’Union Africaine a également fait appel dernièrement au pays pour organiser en 2019 les Jeux Africains.

La FRMF devrait communiquer sa décision concernant les différents événements dans les semaines à venir. Une décision qui devrait même tomber d’ici la fin de la semaine concernant le CHAN 2018.

La FRMF noue de multiples partenariats avec d’autres fédérations africaines

Ce revirement de situation n’est en rien dû au hasard. Sous l’impulsion du pouvoir politique, la FRMF a entamé dernièrement une stratégie de reconquête continentale visant à étendre l’influence sportive et… politique du Maroc.

Outre l’organisation de grands événements sportifs, la FRMF cherche également à étendre ses réseaux en nouant de multiples partenariats avec d’autres fédérations africaines. Des partenariats de coopération qui peuvent notamment contenir des volets financiers.

Ainsi, la Fédération Royale Marocaine de Football s’est dernièrement engagée à débloquer une enveloppe de 5 M$ à destination de la Fédération Malawite de Football. Une dotation financière qui doit aider le Malawi à se doter d’infrastructures permettant d’encourager la pratique du football à un haut niveau.

Officiellement candidat à l’organisation de la Coupe du Monde 2026, le Maroc sait pertinemment qu’il a peu de chance de l’emporter face au dossier soumis par le trio Canada/Etats-Unis/Mexique. Néanmoins, cette candidature devrait aider le Maroc à étendre son influence au sein du continent africain.

Tant sur le plan sportif – la CAF a déjà exprimé publiquement son soutien au Maroc – que politique. Et c’est bien là l’essentiel pour le royaume chérifien.